Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Où va le hard discount, perspectives et prospectives (4)

Publié le par Frank Rosenthal


Le hard discount ne devrait pas se tasser. Mais, certains avaient prédit une stagnation...avant que l'inflation ne s'envole et que le circuit gagne des parts de marché. Aujourd'hui, certains annoncent 20%, ça parait très ambitieux car par rapport à la situation d'il y a 5 ans, le parc est dense, les gains en pénétration importants et donc limités dorénavant et enfin les marques nationales sont arrivées.

Néanmoins, dans le futur, quelques facteurs vont aider au développement de ce circuit :

1/ L'assouplissement de la règlementation.

La Loi de Modernisation de l'Economie votée il y a quelques jours va permettre de relever le seuil soumettant les projets à autorisation de 300 m2...à 1000 m2.
En Allemagne, le bastion du hard discount, qui approche les 40% de parts de marché, ce seuil est actuellement fixé à 700 m2.

2/ Les ambitions des acteurs majeurs du hard discount pour développer leur parc.

On parle très souvent des Allemands Lidl et Aldi, on oublie aussi très souvent de dire que les principaux groupes de distribution possèdent leur enseigne de hard discount : Carrefour avec Ed, Intermarché avec Netto, Casino avec Leader Price...et ont de l'ambition pour ces enseignes, qui tirent la croissance de leur groupe. Enfin, nous parlerons le 16 juillet du Mutant, l'enseigne des Coopératives de Normandie Picardie, qui vient de signer un accord d'associé-coopérateur avec Système U.

Exemple récent : le PDG de Casino, Jean-Charles Naouri a annoncé dans les 5 ans le doublement de son parc. 487 magasins actuellement, 1000 à horizon 2013.
Netto annonce un plan d'ouverture encore plus ambitieux : de 420 magasins à 800 dans...3 ans !

Ed, qui dispose déjà de 895 points de vente et devrait à son rythme de croisière actuel dépasser les 1000 fin 2009 !

 
3/ A l'instar des hypermarchés, les formats se multiplient et vont assurer aussi de la croissance.

Plus les magasins grandissent, plus leur offre est étendue et plus on s'éloigne du concept d'origine, plus la nécessité de retrouver des formats différents est forte.
Ainsi de nouvelles enseignes naissent et se développent :
Leader Price avec Leader Express
Le Mutant Express
Leclerc Express.

La LME va favoriser prioritairement les agrandissements...moins coûteux que les ouvertures et donc entre les magasins agrandis et les magasins "ancienne loi" à 299 m2, des différences de formats vont cohabiter au sein des parcs.

4/ Les magasins discount d'aujourd'hui et de demain sont de plus en plus des magasins de proximité.

S'il y aura avec la LME beaucoup d'ouvertures, on assistera aussi à beaucoup d'agrandissements, plus rapides et moins coûteux.

5/ De nouvelles zones commerciales discount se créent

Preuve que le concept intéresse de plus en plus, Chauvigny dans la Vienne crée à la fin du mois d'aôut une zone commerciale avec 5 magasins discount avec les leaders Lidl et La Halle aux Chaussures.

En fait, l'histoire du commerce est un éternel recommencement. L'embourgeoisement des acteurs (et le contexte législatif Lois Raffarin et Galland) a favorisé l'extension du hard discount. Bientôt, si l'économie ne montre pas plus de dynamisme, les soldeurs alimentaires ( Bravo les Bonnes affaires, Hyperprimeurs) qui profiteront aussi de la LME pour ouvrir massivement...seront certainement les nouveaux discounters de demain 

Publié dans Secteur distribution

Partager cet article

Repost0

Les 5 points faibles du hard discount (3)

Publié le par Frank Rosenthal

Là aussi, quand on parle de ce format, on ne parle que de ces gains en parts de marché, pourtant un certain nombre d'indicateurs sont moyens voire médiocres. Sur ces points faibles, les enseignes supers et hypers pourraient certainement attaquer le hard discount beaucoup plus fort.

Alors, quels sont ces points faibles ou supposés points faibles ?

1/ Une image (mis à part l'image prix) médiocre

Sur tous les points d'image habituels : qualité, modernité, dynamisme... le hard discount est distancé, seul item où il est devant et systématiquement devant l'image prix.

2/ Un panier moyen qui reste relativement faible

Il est à 22 euros et loin de celui des hypers, même si ce panier moyen a augmenté sous les effets de l'inflation. Depuis 1997, il a pris 41,7% (Source : TNS Worldpanel)

3/ Une fréquence d'achat très en retrait des hypers et supers.

Elle se situe actuellement à 19,8 fois par an contre 37 visites pour un supermarché et en 10 ans elle n'a progressé que de +11,2% (Source : TNS Worldpanel)
Si le hard discount arrive à augmenter la fréquence, alors il deviendra plus redoutable.

Alors, question stratégique un programme de fidélité peut-il être une arme essentielle ?
Oui, dans la mesure où Lidl en Allemagne et Colruyt ont prouvé qu'un discounter pouvait avoir un programme.
Oui, car les Français sont familiers des cartes d'enseignes et accueilleraient une carte comme une bonne nouvelle dans l'enseigne de hard discount qu'ils fréquentent.

4/ Une pénétration régionale disparate

sur une base indice 100, la région parisienne n'est qu'à 74 et l'Ouest bastion de Leclerc et de Système U à 86.
Le sud est 120 et le Nord 119 sont les 2 régions les plus fortes.

5/ Le magasin de hard discount n'est que très rarement le magasin principal

Cela reste un magasin de complément : ceux qui y vont font 19,6% de leurs dépenses, une enseigne comme Leclerc dépasse les 30%.

Publié dans Secteur distribution

Partager cet article

Repost0

Les 12 facteurs clés de succès du hard discount (2)

Publié le par Frank Rosenthal

Quand ils parlent de la montée du hard discount en parts de marché, les médias ont souvent tendance à être réducteur : pour eux, ce sont les magasins refuges de ceux qui sont en recherche d'amélioration de leur pouvoir d'achat.

Si on tente d'aller plus loin, on voit qu'il y a bien des raisons pour expliquer le succès de ce format :

1/ C'est la principale raison : la meilleure image prix de tous les circuits de distribution
et les enseignes de hard discount au top du classement des enseignes en image prix. Le tableau ci-dessous de l'étude Starcom est édifiant sur ce point.



2/ un contexte économique (pouvoir d'achat en berne) qui assure une bonne croissance

Sur les 4 premiers mois de l'année, c'est le circuit le plus dynamique avec +4% mais qu'en serait-il sans l'effet inflation ?

3/ Une part de marché devenue significative

Elle atteint environ 14% total PGC+ FLS cette année et un record de 14,4% entre le 25 février et le 23 mars 2008, source ; TNS Worldpanel

4/ Un parc de plus en plus dense

Avec 170 nouveaux magasins en 2007, il y a déjà en France près de 4500 magasins de hard discount. Selon TNS Worldpanel, cela explique le tiers de la croissance du circuit contre 2/3 à la hausse du panier moyen.

5/ Une forte pénétration
TNS Sofres indique que 70% des ménages vont acheter au moins une fois dans l'année des produits dans le réseau hard discount.

6/ Une progression de toutes ses enseignes

Lidl, Aldi et Netto progressent, Ed et Leader Price se stabilisent.

7/ Le concept de discount cartonne partout en alimentaire...même en dehors du hard discount

Les premiers prix ont connu ces dernières années un essor spectaculaire dans tous les réseaux.
Une enseigne comme Auchan a une croissance 3 fois supérieure pour ses espaces self discount que pour ses produits de grande consommation.

8/ Le concept se popularise parce qu'il s'étend au non alimentaire...et à Internet

De plus en plus d'enseignes sont présentes sur le discount, notamment en textile. La Halle aux Chuassures est d'ailleurs le plus gros vendeur de chaussures en France tous secteurs confondus.
De plus en plus, l'acaht sur Internet se développe sur des propositions discount.

9/ Il faut distinguer les chiffres en valeur (qui pénalisent le hard discount qui vend moins cher) des chiffres en volume qui sont importants.

10/ Les enseignes renouvellent en permanence le concept.

2007 : c'est l'introduction des marques nationales.
2008 : les formules "express" des magasins plus petits, et donc plus rapides, prolifèrent.

11/ Un profil par revenus...qui ressemble à celui de la population Française

Ceux qui sont dans la moyenne inférieure (40% des Français) constituent 43% de la clientèle du hard discount, ceux qui ont des revenus modestes (15% des Français) constituent 17,5% de la population Française.
Source : TNS Worldpanel

12/ L'assortiment plus court rend les courses plus rapides et ça plait aux Français

Publié dans Secteur distribution

Partager cet article

Repost0

Pourquoi le hard discount explose ? (1)

Publié le par Frank Rosenthal

Au delà de l'effet de l'inflation et du pouvoir d'achat en berne, quelles sont les raisons qui font que la hard discount est aussi dynamique ? Quelle est la stratégie des principales enseignes ?

Voici un nouveau dossier dans lequel vous trouverez les ingrédients habituels : synthèse, observations magasins, lecture des études les plus récentes et mes avis sur différents points.

Le programme de ce dossier spécial :

Demain, le 9 juillet nous étudierons les 12 facteurs clés de succès du hard discount et nous verrons que les raisons du succès sont multiples.

Le 10, un point très rarement abordé et sur lequel la réflexion et la recherche sont quasi absents :
les 5 points faibles du hard discount.

Le 11 juillet, quelles sont les perspectives et la prospective de ce circuit ? Tendance passagère ou durable ?
Existe t-il encore des potentiels de développement ?

Enfin, impossible de parler du hard discount sans parler de ses enseignes ? Où en sont-elles ? Qu'est-ce qui les différencient les unes des autres ? Quelle est leur stratégie ?

Le 12 et 13 juillet seront consacrés à la progression de Lidl.
Le 14 à la seconde enseigne allemande Aldi.
Le 15, l'enseigne Netto, le 16, Le Mutant, qui est en plein dans l'actualité.

Le 17 et le 18, fin de ce dossier spécial avec les 2 leaders Français : Leader Price, l'enseigne discount de Casino et ses ambitions retrouvées et Ed.

C'est un sujet fort, qui prête à débat, alors n'hesitez pas à donner vos commentaires et à réagir.

Publié dans Dossier spécial

Partager cet article

Repost0

Ouvert plus tard : la nouvelle tendance de la distribution

Publié le par Frank Rosenthal

Pour favoriser la fréquentation, surtout dans les grands centres urbains et pour favoriser le shopping après le travail, de nombreuses enseignes ouvrent plus tard. On en parle peu, le débat est focalisé par les ouvertures du dimanche et leur réglementation compliquée ainsi que les permanentes batailles juridiques.

Des exemples ?

J'en avais déjà parlé dans le blog : Faciliter la visite en magasin, les nocturnes d'Ikea Franconville  Ikea, dans son magasin de Franconville a généralisé les nocturnes chaque soir.

Le Forum des Halles a prolongé de 30 minutes la fermeture de l'ensemble de ses boutiques qui a lieu dorénavant à 20 heures.



Depuis peu, les Galeries Lafayette sont ouverts jusqu'à 20 heures chaque soir de semaine, tout en maintenant sa nocturne du jeudi soir.


Monop bâtit son succès à Paris sur des ouvertures tardives pour être le magasin de dépannage permanent...il faut bien avoir des horaires élargis. Ici, le  Monop de Pigalle qui a ouvert il y a quelques jours.


Enfin, au centre commercial les 4 Temps des discussions sont en cours pour une ouverture des commerces les soirs de semaine jusqu'à 21 heures...en attendant en 2013/2014 l'inauguration de la Tour Signal (concours remporté par Jean Nouvel) et l'ouverture de ses commerces (10 000 m2 supplémentaires) 24 heures sur 24.

Plus de détails sur le projet sur http://www.tour-signal-ladefense.com

Publié dans Secteur distribution

Partager cet article

Repost0

Budget des vacances : quels sacrifices ?

Publié le par Frank Rosenthal

Une récente étude de Trip Advisor, juin 2008, sur les intentions des vacances montrent que :

49% ne changeront rien à leurs habitudes.

Les économies sur les dépenses se feront :

plutôt sur la nourriture pour 15%
Sur le logement 12%

27% déclarent qu'ils vont réduire leurs déplacements pour faire face à la hausse des carburants (ce n'a pas été le cas jusqu'à présent).

L'achat plébiscité avant de partir en vacances ? Il s'agit d'une étude Ipsos-Voyages SNCF.com

59% des femmes craquent pour l'achat d'un maillot de bain, contre 41% des hommes.

A noter, le développement des préoccupations écologiques :
79% des Français comptent respecter quelques gestes verts.

Partager cet article

Repost0

Ikea renouvelle le discours de la literie

Publié le par Frank Rosenthal

En général, il existe dans l'année quelques temps forts avec des remises de 20 à 25% qui dopent les ventes, notamment à la rentrée. Ikea devance cette période chargée...en dépenses...et en encombrement publicitaire pour proposer, si vous n'êtes pas satisfaits, d'échanger sous 90 jours votre matelas.

Qui va réellement le faire ? Après avoir dormi 90 nuits ? Dans quelles conditions ?
Conditions disponibles en magasins !
Si tous les produits Sultan sont visibles sur le site Internet de l'enseigne, la campagne est bien difficile à trouver.

L'affichage évenementiel avec un discours accrocheur, qui correspond parfaitement à l'identité de marque, a néanmoins le mérite de recréer de l'intérêt sur un marché banalisé et de déplacer le discours prix.

Ci-joint le visuel de la campagne en format géant en accès des bouches RER.



Partager cet article

Repost0

Développer les services à la personnes, le cas Monoprix

Publié le par Frank Rosenthal

Depuis longtemps, l'enseigne Monoprix "On fait quoi pour vous aujourd'hui" se positionne sur le développement durable et sur les services à la personne.

Comme beaucoup de services, il est délicat de les faire "vivre" et de les incarner en magasin.

Traditionnellement, on trouve près de l'accueil des présentoirs avec des leaflets.

Monoprix a su se démarquer et faire une campagne magasin "contextuelle".

Les services à la personne sont en lien avec les produits vendus et le message a ainsi beaucoup plus d'impact. Voici quelques visuels de la campagne, qui montre, une fois de plus, que la créativité commerciale est un démultiplicateur de vente !






textile bébé :                                                                                                              textile femme : 
proposition baby sitting                                                                                             proposition repassage



Publié dans Marketing client

Partager cet article

Repost0

Les enseignes surfent sur la vague des "Ch'tis"

Publié le par Frank Rosenthal

Alors que le film phénomène qui aura marqué 2008 et battu tous les records d'entrée pour un film Français s'essoufle un peu, ce n'est pas tout à fait la fin pour tout le monde.

La production a constaté que La Fête du Cinéma n'avait pas permis de booster les entrées du film, qui se situe encore à environ 500 000 entrées du best seller historique " Titanic", le film n'apparaît même pas dans le Top 10 de la dernière semaine.

Pourtant, le film bénéficie encore d'une couverture média exceptionnelle, soirée spéciale, ce soir sur TF1 en prime avec "Qui veut gagner des millions"et toute l'équipe du film qui joue pour des associations.

Les produits dérivés continuent de déferler et les enseignes préparent déjà la suite, un nouveau temps fort de business : la sortie du DVD.

Cora, qui bénéficie d'un ancrage important dans le Nord, envoie aux porteurs de carte un e-mailing permettant de réserver le DVD en avant-première et de bénéficier d'un Tee shirt collector.

Avant les vacances, alors que les entrées du film se tasse, l'offre est-elle percutante ?



Publié dans Marketing client

Partager cet article

Repost0

Pourquoi le carton du e-commerce est parti pour durer

Publié le par Frank Rosenthal

Voici 3 bonnes raisons qui font que cette forme de commerce va cartonner pendant au moins encore plusieurs années :

1/ Le e-commerce est une bonne réponse aux difficultés concernant le pouvoir d'achat

Rue du Commerce a crée ses packs à un euro, repris dans une campagne télé et développé un catalogue de 500 offres à 1 euro.

CDiscount a lui aussi, affirmé son positionnement en TV, "créateur de pouvoir d'achat"
On peut s'interroger d'ailleurs jusqu'où ira le site avec cette nouvelle surenchère (ci-dessous) pour les soldes :

Vous pouvez vous reporter aux articles du blog : Les packs à 1 euro : la téléphonie mobile est prête à tout et aussi Le catalogue, média numéro un d'une opération événementielle ?

 

2/ Le e-commerce bénéficie de locomotives puissantes et touche de plus en plus de secteurs

La VPC en a fait un axe très fort de développement, les sites des distributeurs tels Darty, Fnac ou Carrefour connaissent une grosse audience. Le secteur des voyages n'est plus le même avec l'apparition du e-commerce et les banques en ligne ou traditionnelles développent un certain nombre de services incontournables comme par exemple la consultation des comptes en ligne.

3/ L'équipement et les usages annoncent de beaux jours pour le e-commerce
Je fais référence ici à un article récent paru dans la lettre de l'Atelier, http://www.atelier.fr pour le site et http://www.atelier.fr/statistiques/10/25062008/previsions--internet--mobile--e-commerce--web-20-36761-.html pour l'article.
Pour résumer, selon le cabinet IDC, 30% de la population mondiale, soit 2 milliards de personnes devraient être équipés d'Internet en 2012, contre 25% actuellement.
Le nombre de périphériques qui permettent l'accès à Internet (ordinateurs, mobiles, consoles de jeux) atteint aujourd'hui 1,5 milliards et devrait doubler en 4 ans.
Les téléphones portables devraient dépasser les ordinateurs portables rapidement.
Quand on sait que la moitié des utilisateurs d'Internet font des achats en ligne, le e-commerce qui n'a pas de limites géographiques devrait voir son nombre de transactions exploser. La Chine avec 300 millions de connectés et 400 millions en 2012 est déjà le 1er pays connecté devant les Etats-Unis !

Publié dans Internet et e-commerce

Partager cet article

Repost0

L'exclusivité produit, idéale pour travailler son image de spécialiste

Publié le par Frank Rosenthal

Les spécialistes pour créer du trafic, de la visite et de la curiosité se doivent de communiquer sur des produits exclusifs.

C'est la stratégie (quasi permanente) suivie par Sephora qui relaye ses produits exclusifs en pub télé.

La Fnac Défense a récemment crée l'évènement en exposant le plus grand téléviseur du monde de la marque Panasonic qui mesure pas moins de 260 cm en diagonale.

C'est spectaculaire, immanquable, ça crée la curiosite, permet de diffuser les sorties de DVD (ex : Pirate des Caraïbes, le jour de ma visite) et ça renforce incontestablement l'image de spécialiste de l'enseigne au moment où Carrefour par exemple prend la parole en télévision sur un produit prix TV Philips et sur les services et assistance pour les téléviseurs.

2 photos : celle du prix spectaculaire et celle de l'écran.



Publié dans Enseignes

Partager cet article

Repost0

Le Studio SFR : vendre de la téléphonie devient une expérience !

Publié le par Frank Rosenthal

Depuis quelques jours, le 19 juin 2008, a été inauguré à Paris, le Studio SFR, proche de la Madeleine, 9 rue Tronchet, un véritable concept store, le plus grand espace de vente de téléphonie en Europe sur 1500 métres carrés.

Je suis allé le visiter la semaine dernière et j'ai voulu vous le faire découvrir et vous donner quelques impressions.



Le Studio SFR, qu'est-ce que c'est ?

Selon SFR, c'est le temple de la musique destination jeune.

Plus concrétement, c'est un lieu, très bien placé, à proximité des grands magasins de l'Opéra, de la Madeleine et de l'Olympia, partenaire du Studio SFR qui rassemble une salle de concert, 100 personnes assises ou 200 debout, un restaurant, un lounge bar avec des ordinateurs accessibles, un auditorium et une salle de customisation (en fait un atelier de personnalisation du téléphone mobile pour un forfait de 35 euros l'acte) avec tous les accessoires fashion pour mobiles et bien sûr, j'allais l'oublier, un espace de vente avec un choix considérable de mobiles.
D'ailleurs, comme pour toute inauguration de magasins, jusqu'au 30 juin (date limite aujourd'hui) il y 10% de réduction sur un grand nombre de mobiles.

Le studio SFR a pour objectif, toujours selon SFR, de matérialiser le leadership de SFR comme distributeur de musique et d'élargir la cible.

Dans la visite virtuelle du lieu, SFR parle de fun, de plaisir, d'expérimentation, d'une destination récurrente, haut de gamme et grand public (ce n'est pas contradictoire ?)


Objectif de trafic : 500 000 visiteurs, le concept store a 2 ambitions avouées dans Le Journal du Net :
1/ Montrer les innovations et les nouveaux usages de la mobilité
2/ Créer un lien personnalisé avec les clients.

Mon expérience :

J'y suis allé un matin entre 2 rendez-vous et le lieu était désert, plus de personnel (et de vigiles, un peu trop visibles) que de visiteurs et clients, donc une ambiance assez froide même s'il s'agit d'un lieu étonnant qui a le mérite de plonger dans le futur.
Un personnel compétent que j'ai interrogé sur le renouvellement de mon mobile et qui a su tout de suite me diriger vers les mobiles dotés de GPS. Toutefois, lors de ma visite, le personnel a du me demander 10 fois "je peux vous aider"...ce qui est moyen comme destination récurrente.
Une signalétique peu claire qui fait que finalement on a du mal à percevoir la richesse de l'offre du Studio SFR.
Une offre fashion qui déclenche la curiosité. J'ai été intrigué par les mopods, une collection de 13 personnages qui tournoient et clignotent quand vous recevez un appel, ça vient du Japon.

Au final, un nouveau lieu de concert dans Paris et surtout un lieu qui ne vend plus la téléphonie comme par le passé.
Ici, l'espace fashion.

 

Vous pouvez avoir toutes les informations sur le site dédié : http://www.lestudiosfr.fr
N'hésitez pas à faire part de vos commentaires et remarques.

Pour en savoir plus sur les mopods :

Publié dans Concepts magasins

Partager cet article

Repost0

Se démarquer sur les soldes : soldes solidaires aux 4 Temps

Publié le par Frank Rosenthal

Les soldes ont démarré mercredi 25 juin. C'est la surenchère sur les remises.

Comment se démarquer ?

En apportant un plus.

C'est ce que fait le centre commercial de la Défense les 4 Temps en nommant ces soldes "Soldes Solidaires".


De quoi s'agit-il ?

En plus de l'opération classique des soldes, le Secours Populaire prend place dans le centre commercial et collecte les vêtements des visiteurs qui seront alors redistribués aux plus démunis.
Une initiative généreuse et intéressante en communication, car elle donne un thème "différenciant" au centre et lui permet de se démarquer. Le thème est relayé dans l'ensemble du centre.


En 2008, l'actualité des 4 Temps est particulièrement riche et je vous invite à retrouver les articles précédents sur ce blog : Les 4 Temps, le joyau des centres commerciaux en France et Achetons groupés : le nouveau shopping multi-canal !

Partager cet article

Repost0

Pour Lidl, c'est déjà...la rentrée des classes

Publié le par Frank Rosenthal

Incroyable, alors qu'on est encore en juin et que l'année scolaire n'est pas terminée, le leader du hard discount communique déjà sur son offre rentrée des classes.

Dans le cadre de ses actions spots diffusées chaque semaine en presse TV et pour la semaine 27, une trousse fait la couverture du prospectus encarté et on trouve une double page consacrée aux articles de bureau et une pleine page, la dernière de couverture consacrée aux articles de la rentrée des classes avec une accroche "Sur le chemin de l'école" pour le jeudi 3 juillet...date du début officiel des vacances d'été.

Quelques commentaires complémentaires :

1/ Il est utile de se démarquer de la concurrence. Au moment où tous les hypers communiquent sur l'été et les vacances, 3 opérations successives "L'été " chez Auchan, Lidl est déjà sur la rentrée des classes.

2/ Quand on veut être le champion des prix, il faut montrer qu'on dispose de l'offre au moment des grandes dépenses...et donc accentuer la présence à l'esprit.
 

Publié dans Value for Money

Partager cet article

Repost0

2008, big bang de la consommation : les grands arbitrages (2)

Publié le par Frank Rosenthal

Pour compléter l'article d'hier 2008 : l'année du big bang de la consommation ? (1) quelques éléments tirés
d'une récente étude Ipsos.

Quels sont les postes en augmentation ?
76% disent les courses alimentaires
75% le budget essence

66% les produits frais

Quels sont les postes en diminution ?
32% la culture
31% les loisirs
26% les week end et vacances
26% les chaussures et vêtements (nous verrons si les soldes, qui ont démarré hier, auront un effet de relance).

Quels sont les postes les plus stables ?
56% citent la téléphonie mobile en premier
49% l'hygiène et les soins
48% l'entretien
44% le budget santé


Ces déclarations sont arrêtés à fin mars. Pas de suprise de retrouver en tête l'alimentaire et l'essence, c'est aussi ce que dit l'Insee. En revanche, si le budget santé reste une préoccupation forte, beau succès de la téléphonie mobile...qui est devenue une nécessité pour une grande partie des Français.

Suite à ces 2 articles, il est intéressant de savoir ce que vous en pensez. Pour ceux qui n'ont pas pu voter hier, voici de nouveau le sondage.




Publié dans Dossier spécial

Partager cet article

Repost0

2008 : l'année du big bang de la consommation ? 7 grandes tendances

Publié le par Frank Rosenthal

Le titre est un peu fort ? Peut-être.
Mais, les Français ont changé leur comportement radicalement et surtout radicalement vite pour s'adapter au nouveau contexte d'inflation des matières premières et de flambée des prix du pétrôle.

Analyses et commentaires des 7 grandes tendances qui ont marqué ce premier trimestre :

1/ On plebiscite le hard discount



En cumul annnuel mobile, de avril 2007 à avril 2008,  Lidl, Aldi et Netto (3 hard discounters) sont les seules enseignes à voir leurs parts de marché progresser en valeur. Lidl a très fortement progressé. En avril 2008, par exemple l'enseigne gagne 0,5% de parts de marché.

L'image prix règne de plus en plus et le hard discount est le champion de l'image prix.
Pour plus de détails, reportez vous aux articles de ce blog :
La dictature des prix bas pour les achats de textile
Le règne de l'image prix : les écarts se creusent entre les enseignes
L'image prix des enseignes alimentaires se dégrade !



2/ On achète moins d'articles et on réduit sa consommation, les marques trinquent.

Depuis début 2008, les achats des ménages en volume en hypers et en supers ont baissé de 1%.
Le nombre moyen d'articles passés en caisses est en recul de 3,6% dans un hyper et de près de 1% dans un super. Les chiffres d'affaires des distributeurs ont finalement peu ressenti cette baisse...compensée par l'inflation beaucoup plus forte. Source : IRI France
Les marques dégringolent en avril : -7,4% mais perdaient déjà 0,9% en décembre, 2,4% en janvier, 2,5% en février, 4,4% en mars jusqu'au record négatif d'avril.


3/ On achète plus de MDD et de premiers prix

En avril, les produits de grande consommation perdent 4,1% (Source : IRI/LSA)
Dans LSA, Philippe Boutron, Président d'ITM Alimentaire a bien résumé la situation :
"Il y a un transfert vers le hard discount. Netto, notre enseigne, a fait un bon de 16% en avril. Et même les marques nationales et les premiers prix progressent de 7 à 8% dans nos supermarchés. C'est la preuve que les Français sont en train de faire des arbitrages."



4/ On chasse les bonnes affaires...toute l'année...partout...tout le temps
Les soldes continuent de bien se porter...le e-commerce et les ventes privées maintiennent une croissance très élevée, on achète de plus en plus des gros volumes pour valoriser les économies.
Là aussi, pour plus de détails, reportez-vous au blog :
Retour sur le succès des gros volumes, zoom sur Cora et Carrefour surfe sur le succès des ventes privées ou encore Quand un discounter discounte un autre discounter

Selon Ipsos, 59% des Français disent acheter la plupart de leurs vêtements en soldes ou en promotion.
62% reconnaissent qu'ils passent beaucoup de temps à chercher les bonnes affaires (bons de réductions, échantillons gratuits, meilleurs prix...)
35% vont au moins une fois par mois sur des sites de vente discount sur Internet.
23% participent au moins une fois par mois à une vente privée sur Internet.

La négociation est devenu un sport national, hors immobilier, ils sont 63% à avouer qu'ils ont déjà négocié.
Seuls 14% disent que cela ne leur viendrait pas à l'idée.

5/ On s'informe beaucoup plus...pour acheter plus malin

3 médias privilégiés pour l'information : la télévision, média de la famille et le prospectus qui continue de cartonner et Internet, une nouvelle arme pour acheter :

Selon Ipsos, sur Internet 26% demandent des avis sur les produits, 56% préparent sur Internet un achat qu'ils ont prévu de faire en magasins.
Dans ce blog : Le prospectus continue de cartonner ! Le pouvoir d'achat fait recette en TV (1) : ça continue
TV : Quand les magazines d'information renforcent la sensibilité aux prix (2)

6/ On est de plus en plus sensible au prix et à la promo

Selon Ipsos, 78% sont d'accord pour dire : "je fais très attention au prix quand j'achète des produits alimentaires pour ne pas trop dépenser."

75% sont d'accord pour dire : "je choisis les promotions le plus souvent possible"

7/ On fait presque tous...tout  ça en même temps
c'est pour cela que 2008 est une année aussi dure car pour la première fois, une grande majorité de Français fait les 6 arbitrages pré-cités en même temps.

2008 est-elle l'année du big bang de la consommation ? Je vous ai donné quelques arguments, il y en a d'autres demain, mais d'ores et déjà qu'en pensez-vous ? C'est le premier sondage du blog. Merci de vos réponses et une dédicace particulière à Julien Bonnel pour son aide pour la mise en place de ce sondage et je vous invite à consulter le blog de Julien : Marketing & Technologies,  à voir dans ma sélection de liens, vous pourrez retrouver notamment un billet du dimanche 22 juin 2008 : Ajouter un sondage sur un blog ou un site en 11 étapes et 5 minutes.

Le sondage :


Publié dans Dossier spécial

Partager cet article

Repost0