"Légendes du Commerce" n°1 : Le Printemps

Publié le par Frank Rosenthal

Logo def Legendes du Commerce

Avec la collaboration de
Bannière Distripedie
Légendes du Commerce : Le Printemps

SNC00035.jpg

1/ Quelques dates clés qui construisent la légende

Dans l’ordre historique de création des grands magasins parisiens, Le Printemps succède au Bon Marché en 1852 et au BHV en 1856, mais devance la Samaritaine (créée en 1870) et les Galeries Lafayette en 1894 qui étaient d’abord une mercerie. Le vrai précurseur des grands magasins a donc été Boucicaut avec le Bon Marché, mais le Printemps est pour autant une vraie « Légende du commerce ».

Le 11 mai 1865, le grand magasin est créé par acte notarié par Jules Jaluzot et Jean-Alfred Duclos. Ils fondent leur magasin sur un emplacement en friche mais qui allait devenir hautement stratégique. A proximité de la Gare Saint Lazare, de l’Opéra Garnier et 35 ans avant l’arrivée du métro aux portes du grand magasin : . en 1900, la première ligne de métro est ouverte ; en 1904 le Printemps est accessible par la ligne n°3, puis en 1923 par la ligne n°9.

SNC00112.jpg

Le Printemps s'installe au coin de la rue du Havre et du Boulevard Haussmann dans un immeuble réalisé par l'architecte Jules Sédille et son fils Paul. L'inauguration a lieu le 3 novembre 1865

En 1872, Le Printemps se lance dans la vente par correspondance et édite sept catalogues de vente par correspondance : un catalogue général et des éditions spéciales pour la mercerie-passementerie, les trousseaux et layettes, les bijoux, les cravates, la ganterie, les parapluies et ombrelles, la literie et couvertures


Le 23 mai 1907, à 11 heures, l'architecte René Binet inaugure le début des travaux des " Nouveaux Magasins ". Ces derniers forment aujourd'hui le bâtiment du Printemps de la Mode dans un style art nouveau et avec une coupole de verre remarquable et immense

En 1912, le Printemps se démultiplie pour la première fois en province, avec son premier magasin de Deauville.


En 1930, c’est la création de Brummell. A cette époque, les hommes ont de moins en moins de temps. Passer chez un tailleur devient trop long et fastidieux. Il faut alors proposer une offre pour la mode masculine. Le printemps crée Brummell, du nom d'un dandy britannique du XVIIIème siècle, surnommé alors le " roi de la mode ".  Brummell devient le Printemps de l'Homme en 1999.

En 1938. c’est le premier film publicitaire signé Paul Grimaud

En 1975, la façade et la coupole sont inscrites à l'inventaire des Monuments Historiques

En 1995, Le Printemps se réinvente et c’est le début des grands travaux avec la rénovation du Printemps de la Mode du Printemps Haussmann 20 000 m2 sont remodelés de fond en comble durant  2 ans. En 2003, C’est l’ouverture du Printemps de la Beauté et des nouveaux espaces Créateurs et Accessoires d'Haussmann.

En 2006, le Groupe PPR cède le Printemps à la RREFF, associée à Groupe Borletti. La nouvelle stratégie des nouveaux actionnaires est de redonner son lustre d'antant au grand magasin et d'en faire un écrin du luxe.

 

Le Printemps veut être un acteur au coeur de la ville et offrir une part de rêve, de plaisir et de fête ... Grandes expositions, étalages prestigieux, vitrines animées, mises en scène fantastiques, décors géants, le Printemps a toujours fait preuve d'un formidable sens théâtral et continue d'être un précurseur en matière de mode.  D'importants travaux de rénovation du Printemps, d'un coût de 30 millions d'euros, ont été entamés début 2008, portant notamment sur les façades et les coupoles du magasin, inscrites à l'inventaire des monuments historiques depuis 1975.


SNC00036.jpg 


SNC00104.jpg
 

2/ Jules Jaluzot : un personnage de légende

Jules Jaluzot, le fondateur du Printemps, fils de notaire, est à la fois un homme d’affaire :un homme de commerce, un homme de presse et un homme poitique.

Il associe des qualités de visionnaire, d’audace et de prudence, Le Printemps a aussi  connu des années difficiles, Jaluzot a quitté le Printemps en 1905, à la suite d’une grave crise économique, il démissionne 40 ans après sa création et est  remplacé par Gustave Laguionie. Ce dernier annonce la construction d'un deuxième magasin en 1908.

Selon les archives de l’Assemblée Nationale, Il fut admissible à l'Ecole militaire de Saint-Cyr en 1854. Changeant alors de voie, il entra d'abord comme simple commis dans une maison de commerce de la rue Vivienne «Aux villes de France », puis aux magasins du «Bon Marché»., le magasin de Boucicaut où il apprend beaucoup de choses. . Au début de l’année 1864, Jaluzot rencontre parmi ses clientes une sociétaire de la comédie française Augustine Figeac. Il se marie le 17 février 1864. La mariée apporte une dote considérable 300 000 francs.. Avec  la dote de sa femme, il peut désormais ouvrir sa propre affaire, ce sera Le Printemps, l’année de ses 31 ans.

L’homme d’affaires : Il était également propriétaire dans la Nièvre où il avait créé divers établissements industriels : Cordonnerie Nivernaise, Passementerie Nivernaise, Distillerie et Sucrerie d'Origny. Il se faisait gloire de faire travailler 10.000 ouvriers

L’homme politique : Maire de Corvol, il se présenta aux élections législatives du 22 septembre 1889 dans l'arrondissement de Clamecy, comme candidat conservateur révisionniste, et fut élu au premier tour par 11.314 voix contre 5.967 à Hérisson, radical, député sortant . il est élu plusieurs fois député de la Nièvre  en 1889, 1893 et 1898 et en 1902. .


L’homme de presse :  Il dirigea deux journaux du soir : La Presse et La Patrie. C'est à la suite de spéculations malheureuses sur les sucres qu'il renonça à la fois à la politique, à la presse et au commerce. Il se retira dans ses propriétés de la Nièvre mais mourut le 21 février 1916 à Paris, chez sa fille, à l'âge de 82 ans.


Rendez-vous demain avec la suite et la fin de cette légende du commerce


 

Publié dans Légendes du Commerce

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article