Value for Money (2) Retour sur l'enquête 60 Millions de Consommateurs

Publié le par Frank Rosenthal

L'enquête de 60 millions de consommateurs fait beaucoup de bruit, médias, politique... avec une méthodologie discutable puisque ce sont les évolutions de prix des e-commerçants en alimentaire qui sont pris en compte. 

Les mêmes e-commerçants qui sont selon une enqûete de Linéaires de février 2008 se situent à l'indice 118,9, soit presque 20% plus cher que les magasins traditionnels sur un panier comparable.

Alors non, Ooshop (indice 118,6) n'est pas Carrefour (indice 98,1) et Auchan Direct (indice 109, le e-commerçant le moins cher, mais presque au niveau de l'indice des magasins les plus chers : Monoprix) n'est pas Auchan (indice 97,7).

Les consommateurs l'ont bien compris, car ce mode de commerce prend difficilement depuis plusieurs années, en raison de ses prix élevés. 

Le e-commerce alimentaire ne peut donc être ni une référence, ni un référentiel pour juger les hausses de prix. Prix différents, modes d'achats différents, processus d'achats différents, services différents, profils clients différents...on ne parle vraiment pas de la même chose sauf pour 60 Millions de Consommateurs.

Certes, ce qui compte c'est l'évolution des prix et celle-ci est bien réelle. Mais la démonstration aurait été plus flagrante en magasin et non pas chez ceux qui pourraient revendiquer un nouveau site : quiestlepluscher.com !

Publié dans Value for Money

Partager cet article

Repost 0

Value for Money, de l'ère du prix à l'ère de la valeur (1)

Publié le par Frank Rosenthal

 

undefinedMai 2007, mon livre sur le prix et l'image prix est disponible. 
Le livre détaille dans sa première partie les explications de la différence entre la perception et la réalité des prix par les consommateurs.
Si on regarde 9 mois après, les 13 critères recensés pour expliquer ces différences, ceux-ci se sont durcis un peu plus. 

Exemples : les prix ont de fait beaucoup augmenté (particulièrement vrai depuis l'automne), le revenu individuel des Français a plutôt stagné, l'essor du discount a favorisé la progression des premiers prix...dont la comparaison reste difficile (vrai depuis la forte progression de Lidl en 2007 et la prise de parts de marché de 0,5% du hard discount en décembre dernier). Enfin, les achats sous promotions  sont de plus en plus nombreux, mais avec les remises différées, le prix indiqué (après remise sur la carte) n'est pas le prix payé en caisse et cela contribue au flou de plus en plus fort.

Pour conclure, le livre "Value for Money" est toujours disponible sur www.shop-dauvers.a3w.fr 

Ce blog prolongera et actualisera le livre avec des chroniques régulières sous le titre de Value for Money.

 

Publié dans Value for Money

Partager cet article

Repost 0

Autriche (2) : les promos 1 journée : une solution pour baisser les prix

Publié le par Frank Rosenthal

Spar Gourmet dans son magasin de Vienne a une offre très qualitative et des prix qui correspondent à son image prix élevé.

Alors comment travailler cette image prix ?

En proposant des réductions spectaculaires et immédiates soit sur un rayon, soit sur une marque.
Et surtout en relayant très visiblement dans le magasin.

Le principe est de sortir des traditionnelles opérations, dont un client ne sait jamais si c'est le début ou la fin, s'il les retrouvera lors de sa prochaine visite et quel est réellement le montant de réduction accordé.

Ces promos ponctuelles s'appliquent soit à un rayon, soit à une marque, soit à un produit.

En voici quelques exemples sur la marque Iglo ou sur l'ensemble des smoothies.

PICT0045.JPGPICT0041.JPG

Partager cet article

Repost 0

Autriche (1), Bipa, le concept 100% féminin

Publié le par Frank Rosenthal

Les magasins Bipa sont des petits magasins urbains. Ils référencent tous les produits de beauté, d'hygiène et de bien être. En France, peu d'équivalents, si ce n'est Beauty Monop.

Bipa dispose de sa propre carte pour fidéliser encore plus une clientèle de proximité.
La carte offre de fortes remises immédiates sur des produits en promotion.

Bipa se distingue aussi par un concept magasin avec une couleur dominante : le rose.
Le rose affiche la couleur et présente 3 principaux avantages :
1/ décrit bien l'univers.
2/ s'adresse bien à la cible féminine.
3/ Donne aux magasins une forte visibilité la nuit.

Atout principal : se démarquer de tous les magasins concurrents et sur ce plan, 
Bipa a su se doter d'une identité spécifique.

.PICT0107.JPG

Partager cet article

Repost 0

Dell chez Carrefour, un événement en magasin ? (2)

Publié le par Frank Rosenthal

Le 16 février, j'avais commenté la nouvelle stratégie de distribution de Dell.

Dell est donc chez Carrefour depuis quelques semaines. Outre une visibilité importante dans l'opération multi-média de l'enseigne "les prix bas, l'expertise en +", Dell est donc théatralisé en magasin.

On retrouve le même code graphique épuré, conforme au nouveau concept magasin des hypermarchés, avec un logo et le rappel de l'exclusivité chez Carrefour. 

Mais, ici en TG avec forte signalétique Dell, on retrouve un produit Acer...moins cher.

Est-ce un vrai événement ? Le client est-il réellement conscient de cette exclusivité ?

Le prix est-il attractif ? La gamme est réduite, donc difficile de comparer avec les autres produits Dell.

Alors, il faut comparer dans l'offre et là à chacun de se faire une idée, en fonction de ses attentes et besoins.

undefined

undefined

Publié dans Enseignes

Partager cet article

Repost 0

Faciliter la visite en magasin, les nocturnes d'Ikea Franconville

Publié le par Frank Rosenthal


Images-Blog-033.jpg


Depuis le 2 janvier 2008, le magasin Ikea du Val d'Oise est ouvert 6 soirs par semaine du lundi au samedi jusqu' à 22 heures.

Dans un contexte économique difficile et afin d'encourager les clients à venir hors des pics de fréquentation, le magasin fait pour tout faciliter le confort d'achat.

Il faut d'abord le faire savoir. Les supports de communication sont nombreux : site internet Ikea, façade du magasin visible depuis l'autoroute, panneau gigantesque à l'entrée, rappels tout au long du parcours client.

Il faut aussi créer des animations. Au restaurant pour faciliter les visites en famille, le menu famille est à moins de 10 euros (9,90) et le menu enfant à un euro. 

Recette éprouvée également, il faut  valoriser les porteurs de carte Ikea Family par des offres spéciales.

Enfin des prix spéciaux pour tous les clients pour justifier leur venue par plus de pouvoir d'achat ("on a bien fait de venir en nocturne") et donner envie de revenir. Un argument supplémentaire dans la palette marketing de l'enseigne.


.Images-Blog-056.jpg

Publié dans Enseignes

Partager cet article

Repost 0

Botanic, tout nouveau, tout bio (2)

Publié le par Frank Rosenthal

Images-Blog-047-copie-1.jpgSur ce blog, j'aiundefined commenté l'ouverture du supermarché bio de Botanic à Suresnes le 18 février dernier. 
Complétons par le café philo écolo. On aurait pu ajouter bobo, tant cette initiative vise cette cible. C'est quoi ? 

C'est un nouvel espace qui permet de faire une pause-déjeuner et de découvrir des préparations à base de fruits et de légumes de saison et uniquement bio.

Ce sont des salades, des jus, des verrines, des desserts.

Le café offre aussi la possibilité de déguster à tout moment de la journée, un thé, une infusion, un café bio ou issu du commerce équitable.

Enfin, des conférences sont organisées. La première aura lieu le 29 mars et sera une intervention d'un professeur des universités à Caen et chercheur en biologie moléculaire. Il interviendra sur les polluants chimiques, pesticides et OGM et leurs effets sur la santé.

Globalement, cette initiative vient renforcer la signature/positionnement de l'enseigne "un nouveau mode de vie "et l'ouverture du supermarché bio.


Publié dans Enseignes

Partager cet article

Repost 0

Le développement durable, argument de vente durable pour les enseignes ?

Publié le par Frank Rosenthal


Images-Blog-016.jpg


C'est le cas de Nature & Découvertes qui place dorénavant le développement durable comme argument à l'entrée de ses magasins. 

L'enseigne avait placé le développement durable au coeur de sa démarche ces dernières années. 

Il faut maintenant capitaliser sur son avance, au moment où l'intérêt des clients ne cesse de croître. 

Nature & Découvertes a parfaitement compris que pour parler fort surtout en magasin, il est préférable de faire court. Les arguments sont donc triés sur le volet et porte sur les éléments les plus différenciateurs comme la certification et le transport.

Bientôt, cette démarche se généralisera. 
Que feront, que diront ceux qui seront les plus en retard ? 
Le développement durable deviendra-t-il un critère de choix prioritaire d'une enseigne pour ses clients ?
 
Sans aucun doute, il deviendra au minimum un élément sur lequel les différences seront visibles, les engagements aussi et donc agira sur la préférence.

 

Publié dans Enseignes

Partager cet article

Repost 0

La distribution, concentré des paradoxes de l'économie Française ?

Publié le par Frank Rosenthal

C'est la thèse développée par M. Luc Chatel, Secrétaire d'Etat à la consommation dans l'émission 
de France 2 "Complément d'enquête" du 18 février.

"D'un côté, un système très dur, avec des horaires décalés, des conditions de travail difficiles et du temps partiel subi. 

De l'autre, les 5 grandes entreprises de distribution Françaises sont dans les 10 entreprises préférées des Français. (ce qui est régulièrement vrai dans le baromètre régulier de l'agence Posternak Margerit).
Tous les samedi après-midi, la grande distribution est plébiscitée par les consommateurs.

C'est un peu le concentré de tous nos paradoxes de l'économie d'aujourd'hui."

Publié dans Secteur distribution

Partager cet article

Repost 0

Les hypers attaquent sur le non alimentaire !

Publié le par Frank Rosenthal

Pouvoir d'achat en berne, baisse du moral, part de l'alimentaire dans le budget en baisse, les axes de développement pour les hypers ne sont pas si nombreux. 

La priorité est donnée au non alimentaire. 
Carrefour en fait un de ses axes stratégiques et multiplie les initiatives : Max Azria qui développe une ligne exclusive pour Tex, la MDD Carrefour Home qui ne cesse de s'étendre et est soutenue en TV (machines à pains Carrefour Home) et enfin exclusivité de la marque Dell en micro-informatique.

Le dernier prospectus de Carrefour met en avant un ordinateur portable Dell Inspiron à 999 euros. Le prix n'est pas spectaculaire.

Auchan de son côté, théâtralise et fort de son positionnement, s'installe de plus en plus en multi-spécialiste.
Les théâtralisations présentes ici...ressemblent à s'y méprendre à celles d'un spécialiste.


Images-Blog-005.jpgImages-Blog-007.jpg

Publié dans Secteur distribution

Partager cet article

Repost 0

Complément sur Complément d'enquête Pouvoir d'achat (2)

Publié le par Frank Rosenthal

Revenons sur les marges arrière, clairement expliquées dans le reportage "marges arrière toute".
Qui sont les gagnants ? Des avis différents mais surtout des avis divergents.

D'un côté, M.Papin affirme que : "les bénéfices sont de 2% soit le même niveau qu'en 1980 quand j'ai commencé...Où est l'abus ?" 
Alors comment expliquer les hausses de prix : "Nous on a baissé les prix des marques U, on porte tous nos efforts là-dessus. Vous parlez des produits des grandes marques, ça concerne Danone, Coca-Cola et Procter & Gamble, en gros, c'est les marques américaines."
Peut-être là, le vrai scoop de la soirée, Danone, marque américaine ? Les américains (et sous entendu la mondialisation) responsable de la hausse des prix !
Le responsable désigné : les grandes marques (américaines).

De l'autre, M.Luc Chatel, secrétaire d'Etat à la consommation, qui déclare : "On est trop cher. La faute à qui ? la faute à une législation absurde en 96 qui a voulu préserver, encadrer les relations commerciales entre distributeurs et industriels. Le résultat de cette négociation était partagé entre distributeurs et industriels.
Nous voulons mettre fin à ce système."
Les responsables désignés : industriels et distributeurs. Match nul

Enfin, en cloture de l'émission, l'économiste Philippe Askenazy, y va lui aussi de ses chiffres. 
"Pour les distributeurs, les 10 dernières années, le chiffre d'affaires a augmenté de 50%, les profits de 130%.
Sur la marge de 2%, je préfére regarder les chiffres officiels de l'Insee qui font apparaître 4% de marge pour les distributeurs."
Le responsable désigné : le distributeur.

Que dit alors, en synthèse, Benoit Duquesne, l'animateur, également directeur de la rédaction d'Europe 1 ?
"En tant que consommateur, j' y perd mon latin."

Une certitude pour le consommateur : personne ne le donne gagnant.

Partager cet article

Repost 0

Complément sur Complément d'enquête Pouvoir d'achat (1)

Publié le par Frank Rosenthal

Qu'a pu retenir le télespectateur et consommateur, client de la grande distribution sur les prix ?
Quelques chiffres énoncés tout au long de l'émission. 
Beaucoup de confirmations et toujours un grand flou.

Commençons par les confirmations qui malheureusement n'éclairent personne :

1ère confirmation : Les marques distributeurs sont beaucoup moins chères que les grandes marques.
Le premier reportage "marges arrière toute" montre un caddie de produits U, comparé à un caddie de marque nationales. L'écart entre les 2 : 34,16%.

2ème confirmation : Les grandes marques ont beaucoup augmenté et pas les MDD. M.Serge Papin, Président de Système U a même mentionné une baisse de 7% pour les produits U depuis l'entrée dans l'euro.

3ème confirmation : le hard discount est moins cher. Plusieurs fois, notamment dans le reportage "la guerre du hard" l'émission répéte que l'écart se situe à 50% sans citer aucune enquête, ni aucune source. On sait néanmoins (sans que l'emission n'y fasse référence) que le mensuel Linéaires a confirmé que les produits des marques nationales étaient au mieux alignés chez Lidl et Ed, voire plus chers !

4ème confirmation : le personnel de caisse est mal traité. Revenus insuffisants, horaires décalés, conditions de travail. Le reportage "ma caissière va craquer" était néanmoins révélateur.

Un grand flou demeure : qui sont  les gagnants du système de marges arrière ? Un système, clairement expliqué dans l'émission, et qui va devenir familier aux télespectateurs (cf mon dernier article sur les audiences records des émissions sur le pouvoir d'achat). Des avis différents, mais surtout des avis divergents.

Partager cet article

Repost 0

Pouvoir d'achat : les prix grimpent, les audiences TV suivent !

Publié le par Frank Rosenthal

capital-copie-1.jpg

 






undefined2 magazines : Complément d'Enquete de France 2 et Capital de M6 ont obtenu récemment des audiences records.

Lundi 18 février 2008 à 22h25,
Complément d'enquête, le magazine présenté par Benoît Duquesne, a réalisé un record d'audience. Le programme de France 2 a rassemblé 2,5 millions de téléspectateurs, obtenant une part d'audience de 20,2%. 

L'émission qui avait pour thème "Pouvoir d'achat : à quoi jouent les grandes surfaces ?" a réalisé la deuxième meilleure audience depuis sa création. 

Il y a un mois, le dimanche 20 janvier, même phénomène : 
 Capital de M6 consacré au thème
 « Le pouvoir d'achat : révélations sur la flambée des prix », a réuni 6.4 millions de téléspectateurs, avec une part d'audience de 25.9% auprès de l'ensemble du public.

L’émission a enregistré ainsi sa meilleure audience depuis sa création en 1993.

A noter le succès du programme auprès des ménagères de moins de 50 ans avec une part d'audience de 28,9%.

Le pouvoir d'achat n'a jamais été aussi présent dans l'actualité. Les téléspectateurs et consommateurs veulent comprendre, les prix grimpent, les audiences suivent.

Source : Médiamétrie.


Partager cet article

Repost 0

Les médicaments en libre accès vont-ils augmenter le pouvoir d'achat ?

Publié le par Frank Rosenthal

Oui selon le Gouvernement. Les arguments habituels sont listés (plus forte disponibilité, encouragement de la concurrence, développement du libre accès). Non selon la COOPER qui proclame à coups de pages de pub que 62% des Français disent NON au libre accès.

Mais qui est la COOPER ? Pas de présentation dans l'annonce, le manifeste est signé du président de la COOPER. Alors, visite sur le site Internet (qui ne relaye pas l'action publicitaire) et alors qu'on pouvait penser que la défense des pharmaciens était assurée dans le cas présent par une "collective", on apprend que la COOPER est la Coopération Pharmaceutique Française, un laboratoire entièrement dédié au service des pharmaciens et qui entre autres activités, distribue des médicaments bien connus comme Arnican, Oxyboldine ou Vitascorbol.

Revenons à la pub elle-même. On apprend qu'un Français dépense en moyenne 27 euros par an pour les médicaments OTC (over the counter est l'appellation couramment utilisée pour les médicaments sans ordonnance). Une baisse de 10% ferait donc économiser moins de 3 euros par Français et la COOPER fait donc le paralléle suivant : "Ne sacrifions pas le conseil du pharmacien pour 3 euros par an".

Mais il s'agit ici des seuls médicaments OTC et il n'est pas question ni pour les professionnels de la Santé, ni pour les Français de sacrifier le conseil du pharmacien, encore moins pour 3 euros ! La COOPER rappelle, ce dont personne ne doute, que "la Pharmacien est une chance pour la santé."

Autre argument, 62% des Français disent non au libre accès, il s'agit ici d'une Etude Ipsos Santé du 18 janvier 2008 sans citation des précisions habituelles de méthodologie et de taille d'échantillon.

Le pouvoir d'achat ne peut se résumer à une seule mesure. Le débat sur l'accès libre aux médicaments ne peut se résumer à un montant de 3 euros.

Partager cet article

Repost 0

Internet, première agence bancaire de France

Publié le par Frank Rosenthal

Selon le Parisien du 19/2/08, 15 millions de Français (50% des Internautes et 31% de la population adulte, utilisent les services bancaires sur Internet, selon une étude du cabinet Forrester, qui prévoit que 42% des clients utiliseront ces services d'ici à 2013.

Le taux d'utilisation en France est relativement développé. Il se situe à 54%, un peu plus que la moyenne de l'Europe de l'ouest.

Intéressant et sans surprise, le taux d'utilisation varie selon les banques : 48% des clients de la Société Générale s'en servent régulièrement, contre moins de 30% pour les clients de la Banque Populaire et de la Banque Postale.

Les opérations les plus utilisées : les consultations de compte, à l'inverse des transactions.

Prévision de Forrester : la croissance de ces services devrait se poursuivre sur le même rythme ces 5 prochaines années et atteindre 22 millions de visiteurs d'ici 2013.

 

Publié dans Internet et e-commerce

Partager cet article

Repost 0

Ce qu'on ne dit (presque) jamais sur le pouvoir d'achat

Publié le par Frank Rosenthal

Quand on parle du pouvoir d'achat, très souvent on ne mentionne que la hausse des prix, essentiellement sur l'alimentaire.

On oublie 2 variables importantes :

1/ la stagnation des revenus
2/ la hausse des prix de l'immobilier tant pour l'accession à la propriété que pour les loyers.

Le Monde a récemment publié les chiffres de l'Insee et ils sont édifiants.

Le point de départ est 2002, l'indice des prix à la consommation hors tabac et loyer est de 100. Au 4è trimestre, il atteint 108,2, preuve que l'inflation a été sage, contrairement à la perception des Français.

Au moment où dans sa loi sur le Pouvoir d'achat du 8 février, le Gouvernement a décidé d'adosser la hausse des loyers sur l'indice des prix et non plus sur l'indice du coût à la construction.
On peut relever qu'en partant de la même base 100 en 2002, l'indice du coût à la construction s'est envolé jusqu'à l'indice 121,5 jusqu'à fin 2007. Plus complexe, au 1er janvier 2006 un indice de référence des loyers avait été crée par Jean-Pierre Raffarin, indice composite (Pour 20% celui du coût à la construction, 20% du coût des travaux et 60% des prix à la consommation).

A partir de maintenant, on revient donc sur un alignement avec l'inflation, voici une mesure qui ne va pas redonner du pouvoir d'achat à tous les locataires, mais surtout limiter leurs pertes de pouvoir d'achat.

Partager cet article

Repost 0