Pouvoir d'achat, vous êtes impatients !

Publié le par Frank Rosenthal

C'est le thème de la grande campagne lancée hier par le Gouvernement.

Ce blog, qui traite de l'actualité de la distribution, du commerce mais aussi des prix et du pouvoir d'achat, se devait de s'en faire l'écho et d'apporter un point de vue sur la communication, pas sur l'aspect politique.

Les Français ont fait du pouvoir d'achat depuis quelques temps une de leurs toutes premières préoccupations, voire leur principale préoccupation.

La dernière intervention du Président le 24 avril dernier a laissé selon, un sondage CSA/Le Parisien Aujourd'hui en France, 73% des Français insensibles sur les mesures concernant le pouvoir d'achat.

Alors, le Gouvernement a décidé d'utiliser une nouvelle arme, celle de la pub, pour convaincre.
Voici ce qu'a déclaré le Premier Ministre pour justifier la campagne (source : l'Express) :
"Nous avons pris depuis un an beaucoup de mesures, certaines assez techniques et complexes, et toutes nécessitent d'être expliquées pour être comprises ou intégrées par nos concitoyens...Nous avons voulu être très concrets et précis."

Hier soir a donc démarré une grande campagne en télévision, sur 10 titres de presse quotidienne nationale, 59 titres de presse quotidienne régionale et...4 titres de presse gratuite. Fait nouveau, le Gouvernement avec le nouveau succès de la télédéclaration, 8,5 millions de personnes, crît de plus en plus à l'économie numérique et décline la campagne sur un site Internet spécifique http://www.mesurespouvoirdachat.gouv.fr




De quoi s'agit-il ?

Aucun commentaire politique ici, ce n'est ni mon rôle, ni mon envie, je donne juste un avis sur les objectifs de communication (décryptés) de la campagne TV qui va bénéficier de plus de 1600 diffusions !

1/ Il s'agit de mettre en valeur des mesures :

soit passées inaperçues ou ignorées (ex : l'éxonération dans la limite de 3840 euros des revenus des étudiants de moins de 26 ans, la diminution de moitié de la caution locative)

soit peu valorisées (lors du "Paquet fiscal" la déductibilité des intérêts d'emprunts à l'achat d'une résidence principale avait été moins médiatisé que les plafonnements fiscaux à 50% des revenus)

2/ Il faut aussi valoriser le fer de lance des mesures sur le pouvoir d'achat, à savoir la défiscalisation partielle des heures supplémentaires.

Que dire des spots ?

Il y a un spot générique de 45 secondes qui reprend toutes les mesures et 4 spots de 20 secondes,
soit 1 par mesure.

Ils montrent incontestablement par leur contenu :

1/ de l'écoute, le pouvoir d'achat = une préoccupation partagée

Un début commun aux 5 spots : "pouvoir d'achat : vous êtes impatients. Nous aussi"



2/ Une prise en compte des attentes des Français avec une mécanique simple questions/réponses

Les questions :
"Vous êtes impatients de gagner plus d'argent grâce aux heures sup"
"Vous êtes impatients d'utiliser de l'argent autrement que dans une caution"
" Vous êtes impatients que les jobs d'étudiants de vos enfants n'augmentent plus vos impôts"

Les réponses apportées par le Gouvernement :
"Aujourd'hui, chaque heure sup vous rapporte plus"
"Aujourd'hui, on ne donne plus qu'un mois de caution au lieu de 2"
"Aujourd'hui, vous bénéficiez d'une exonération d'impot supplémentaire sur les revenus de vos enfants étudiants."

3/ De la prudence et du réalisme
La conclusion des films : "C'est mois après mois que se gagne la bataille du pouvoir d'achat".

La campagne met fortement en avant le site...pour que les mesures soient le plus fortement attribuées.

Quelques commentaires :

En positif :

1/ le faire-savoir est aussi important que le faire (la campagne vient le rappeler) tout comme la perception est aussi importante que la réalité.
Le coût de la campagne est de 4,3 millions d'euros, selon le Gouvernement, un budget comprable à l'actuelle campagne des services à la personne.

2/ La campagne adopte un discours clair et populaire, on parle notamment "d'heures sup, de jobs étudiants..."

3/ Cela montre une réelle volonté d'agir dans la durée "mois après mois"

En négatif :

1/ Rien sur l'essence et les mesures annoncées récemment par François Fillon.

2/ Rien sur la Loi de Modernisation de l'Economie, pourtant votée la semaine dernière donc dans l'actualité, mais la campagne était bouclée.
Loi qui, par ailleurs est pourtant censée, selon  le Gouvernement lui-même, favoriser la concurrence et la baisse des prix...par la négociabilité des tarifs et les ouvertures facilitées de magasins...hard discount.

Les Français qui ne cessent de suivre les magazines d'actualité en télévision, je m'en suis déjà fait lmargement l'écho sur ce blog, découvre une campagne qui fait silence complet sur ce sujet !
3/ Rien sur l'inflation

Au final, une campagne qui est donc partielle et qui ne reprend ni la totalité des efforts faits par le Pouvoir Politique,
ni les 2 principaux postes qui inquiètent tous les Français : la hausse des prix des produits alimentaires et la hausse du prix du pétrôle. 

Certes,  il fallait faire des choix, mais sont-ils les meilleurs ?

Les évaluations de la campagne et du moral des Français le diront dans les prochaines semaines.


Enfin, sur le site Internet qui relaye cette action, figure un questionnaire d'évaluation des mesures du Gouvernement.

L'écran ci-dessous les reprend, faites le test ou faites le sur le site et demandez-vous combien de mesures s'appliquent à votre situation ?





Grande question de communication :

Faut-il privilégier un ensemble de mesures "catégorielles" pour toucher toutes les catégories OU
faut-il réflechir pour ceux qui attendent une ou des mesures d'ensemble, s'appliquant à tous ?

J'ai mon avis, merci de vos commentaires sur cette intéressante campagne qui a aussi le mérite de créer un débat, bien que le débat sur le pouvoir d'achat soit inépuisable et quasi ininterrompu depuis plusieurs mois !

A demain pour la fin de la série sur le textile après les 2 articles de dimanche et lundi : Le magasin mode/textile le prix...mais pas que...
Le prix, 1er critère d'achat pour les vêtements
Ce sera aussi dans l'actualité pour le démarrage des soldes, nous verrons que pour créer du trafic, il n'y pas que les prix pour les enseignes de textile.

Partager cet article

Repost 0

Le magasin mode/textile le prix...mais pas que...

Publié le par Frank Rosenthal

Cet article, deuxième de la série après Le prix, 1er critère d'achat pour les vêtements  commente en partie l'enquête publiée dans l'hebdo professionnel Le Journal du Textile http://www.journaldutextile.com paru le 3 juin dernier et dans lequel j'ai été interviewé.


Sur le thème de la promotion du magasin, je développais l'avis suivant : "Les achats en soldes et en promotion sont déjà de plus en plus importants dans le textile. Plus de 40% de ces achats se font aujourd'hui à prix réduit et ce pourcentage devrait encore augmenter avec la période de soldes supplémentaire. A présent, on doit se pencher sur l'importance de la relation client, vis-à-vis de consommateurs qui sont, par nature, de plus en plus sollicités."

Ainsi, "l'enseigne de mode peut aujourd'hui faire savoir qu'il ya toujours une actualité dans ses boutiques."

Cédric Ducrocq, PDG de Dia-Mart ajoute dans le même sens : "On peut réaliser de nombreuses animations dans le textile. D'ailleurs, ce secteur qui était jusque là assez peu consommateur de marketing d'enseigne, est en train de changer."

On peut conclure en disant que le prix est une condition nécessaire mais sûrement pas suffisante. Il faut trouver autre chose pour se différencier, H&M a su ajouter une composante mode, demain nous verrons que l'animation "l'événement" magasin est une composante essentielle de différenciation.

Publié dans Dossier spécial

Partager cet article

Repost 0

Le prix, 1er critère d'achat pour les vêtements

Publié le par Frank Rosenthal

Début d'un nouveau dossier spécial en 3 articles après ceux consacrés notamment à 9 Découvertes à Hambourg Dossier spécial : 9 découvertes à Hambourg et avant le dossier qui arrivera cette semaine : 2008 : année du big bang de la consommation.

Cette série porte sur le textile, le magasin et les prix. Premier article aujourd'hui sur le prix comme critère d'achat principal pour les vêtements. Demain, nous verrons que au delà du prix la différenciation est nécessaire et enfin mardi 24 nous achèverons cette série par l'importance de l'animation et de la théâtralisation.


En 2007, le prix était le second critère d'achat derrière le style.

L'étude publiée par Marques Avenue et Ipsos montre que le prix est pour 40% (avec +8 points vs 2007)  des personnes interrogées le 1er critère d'achat devant le style, la coupe et la qualité des matière et des finitions.

Publié dans Dossier spécial

Partager cet article

Repost 0

Aujourd'hui... une offre qui dure 11 jours !

Publié le par Frank Rosenthal

On s'était habitué aux 3J et aux 8 jours en Or des grands magasins...qui dépassaient considérablement les dates de la thématique de l'opération, Monoprix crée une nouvelle rupture (volontaire ou involontaire ?).


Depuis longtemps, les conosmmateurs se sont habitués à avoir des offres promotionnelles sur une journée, Carrefour avait fait de cette mécanique de pénurie une des clés de succès de ses grandes opérations événementielles.

 

Alors, il est intéressant de voir en ce moment, Monoprix "On fait quoi pour vous aujourd'hui ?" qui dans le cadre de son opération "Pas un jour sans se faire du bien" communique en devanture de magasins sur "Aujourd'hui" laissant penser que l'enseigne qui revendique de s'inscrire parfaitement dans le quotidien...fait donc des offres promotionnelles valables un jour.

Pourtant, la date de l'opération contredit aussitôt le aujourd'hui, ici 2 devantures de Monoprix, Sébastopol et Léonard de Vinci à Courbevoie, en exemple :



Publié dans Enseignes

Partager cet article

Repost 0

Le petit commerce en voie de disparition ?

Publié le par Frank Rosenthal

Récemment, nous avons analysé le parc des enseignes  Le parc des enseignes alimentaires en France décortiqué et vu que le parc des enseignes GSA et GSS allait encore se renforcer Le paysage commercial va bouger !

Si la proximité domine, l'Insee a néanmoins indiqué qu'en 2002 une commune sur deux, soit plus de 18 000 communes ne disposaient pas de magasin alimentaire de proximité.

Le petit commerce représentait 60% de l'emploi dans le commerce de détail au milieu des années 60, 30 ans après, selon l'Insee, il ne représente plus que 25%.



Pour lutter contre les idées reçues, l'ensemble du petit commerce n'est pas touché de la même façon sur ces 30 dernières années.

Les boulangeries et commerces de presse ou journaux ont bien résisté. Les fleuristes s'étendent et les pharmaciens aussi (c'est dû à la réglementation et aussi au vieillissement de la population et donc aux besoins croissants de pharmacies...de proximité).



Le nombre de boucheries a lui été divisé par 3.
Les petites épiceries ont vu leur nombre divisé par 6

(ce qui explique que les enseignes de proximité dominent en nombre de magasins, car bien souvent elles ont remplacé des magasins alimentaires et se sont développées par franchise).

Autre chute spectaculaire, les stations service passées de 46 000 à 16 000. Au moment où le prix de l'essence continue de battre des records, on pourrait s'interroger sur le retour de stations de proximité. Mais le modèle économique le permet-il ?

Tous les détails sur www.insee.fr

La Loi de Modernisation de l'Economie intègre une mesure (parmi les 30) pour soutenir le petit commerce.
Vous pouvez la consulter sur le lien suivant : http://www.modernisationeconomie.fr/mesures/lme_mesure19.html

Publié dans Secteur distribution

Partager cet article

Repost 0

Le paysage commercial va bouger !

Publié le par Frank Rosenthal

Si on prend on compte le bilan 2007 des autorisations d'ouvertures de magasins accordées par les CDEC et la CNEC publié dans LSA du 22 mai 2008, ce n'est pas moins de près de 1500 magasins qui vont ouvrir en France

Dans l'alimentaire vont ouvrir 31 nouveaux hypermarchés (la moitié du parc de Cora par exemple), 131 supermarchés, 120 hard discounters et un grand nombre de magasins de proximité.

Dans le non-alimentaire, 471 magasins d'équipements de la maison, 140 nouveaux magasins de briocolage, 297 magasins d'équipement de la personne, 257 magasins de culture, loisirs et sports et au total plus d'un millier de nouveaux magasins et pas moins de 3 millions de mètres carrés supplémentaires.

Si le pouvoir d'achat reste stable, la bataille commerciale va s'intensifier, car dans le même temps, le e-commerce maintient sa croissance et le nombre de sites ouverts reste condiérable.

Publié dans Secteur distribution

Partager cet article

Repost 0

1 euro : le nouveau prix du nouvel i phone en Allemagne

Publié le par Frank Rosenthal

Pour poursuivre l'article d'hier sur Rue du Commerce et ses packs à 1 euro, Les packs à 1 euro : la téléphonie mobile est prête à tout dans Les Echos d'hier, Deutsche Telekom annonce que dès le 11 juillet il mettra en vente avec des forfaits le nouvel i phone d'Apple pour un euro seulement.



Pour renforcer ses parts de marché, Apple autorise désormais les opérateurs à subventionner ses produits, ce qui n'était pas le cas jusqu'à présent et explique jusque là le prix élevé de l'i phone.

T Mobile, opérateur de téléphonie mobile du Groupe Deutsche Telekom commercialisera toutefois des forfaits à 69 euros par mois, ce qui reste loin de l'offre de Rue du Commerce avec Bouygues.

Bientôt, tous les pays européens vont suivre et en France, on suivra avec attention l'offre d'Orange.

Publié dans Marques

Partager cet article

Repost 0

Les packs à 1 euro : la téléphonie mobile est prête à tout

Publié le par Frank Rosenthal

Jusqu'ici on avait vu les appareils subventionnés par les opérateurs, le débat a notamment été très fort lors de l'exclusivité d'Orange sur i-phone, on voit depuis peu les ultra portables (ex : l'eee-pc) fortement subventionnés par les opérateurs en échange d'abonnements aux clés 3G.

Nouveauté : Rue du Commerce lance avec Bougues Telecom les packs à un euro.

Ci-dessous le visuel de la campagne d'affichage mettant en scène les deux fondateurs du site Rue du Commerce.com.


Au sujet de la promesse "c'est ça le commerce", 3 points sont à noter :

1/ Le e-commerce revendique maintenant être totalement du commerce
2/ On est proche de la signature publicitaire de Système U : "c'est ça le U-commerce".
3/ L'offre prend de la force sur les packs car des packs à 1 euro, c'est du déjà vu...Pour cette raison, la campagne fonctionne avec des 4x3 produits/pack à un euro et avec une affiche regroupant 3 packs ci-dessous :


L'offre est spectaculaire. Pour un forfait Bouygues Telecom de 1 heure et + au prix minimum de 27,90 euros et avec un engagement minimum de 24 mois, en ajoutant un seul euro, on peut bénéficier d'un téléphone portable et systèmatiquement on peut bénéficier aussi de produits attractifs comme un camescope JVC, un ultra portable eee pc ou encore avant les vacances un GPS Tom Tom ou enfin un appareil photo Panasonic Lumix.

La pénétration de la téléphonie mobile en région parisienne est de 120, l'offre vise donc un multi-équipement avec des primes très spectaculaires. En période de disette de pouvoir d'achat et avec une très fort relais sur le site http://www.rueducommerce.fr cette offre peut rencontrer un certain succès...à suivre !

Partager cet article

Repost 0

Complément sur la vente privée Kaufman & Broad

Publié le par Frank Rosenthal

La Vente Privée de Kaufman & Broad a pris fin vendredi 13 juin à minuit.

Ce blog a déjà traité cette actualité, Kaufman &Broad/Vente Privée: l'histoire est un éternel recommencement

Pour prolonger la réflexion, un nouvel article pour dresser un bilan (en fonction de ce qui a été communiqué).

Qu'est-ce qui a pu motiver cette opération ?

1/ Tout d'abord, l'opération a eu un grand retentissement médiatique (couverture presse : Le Figaro, Le Monde, Le Parisien par exemple, nombreuses radios...). Sur ce plan, bilan très positif : Vente Privée et Kaufman & Broad s'offrent une belle campagne de relations presse pour un investissement minimal.

2/ Une relance événementielle sur un marché en crise.
Au premier trimestre 2008, le volume de transactions en biens neufs a baissé de 28% par rapport à la même période de 2007.

3/ Un test pour voir si la vente sur Internet prend.
Quand les programmes n'ont pas tout vendu et doivent maintenir l'appartement témoin ou maison témoin, les frais de personnel et de locaux sont élevés.

4/ Alimenter le trafic du site Kaufman & Broad
Le mardi 10 juin, un pic de 200 000 connexions a été atteint (le double du trafic habituel).

5/ Faire des ventes
Mardi, dans le Figaro Immobilier, Kaufman & Broad annonçait avoir reçu 180 lettres d'intention sur 90 produits (mais 260 produits étaient commercialisés, ce qui fait à raison de 8 lettres d'intention possibles par produit, 2080 lettres possibles avant de tout cloturer ! On est donc très loin du compte, même s'il s'agit, bien sûr de produits exceptionnels.

J'ai regardé quelques minutes avant la fin de la vente, vendredi 13 juin à minuit, ce qu'il restait disponible sur la région parisienne. L'offre portait en région parisienne sur 71 produits soit 27% de l'offre total France et il restait 37 produits "encore disponibles", un peu plus de la moitié étant épuisés. Seul 1 programme complet : celui de Franconville dans le Val d'Oise était totalement épuisé.

6/ Soutenir le cours de bourse de Kaufman & Broad
L'action côté à la Bourse de Paris a gagné depuis le 1 er janvier + 20,07% soit bien plus que le CAC 40 qui a perdu dans le même temps 15%, mais cette semaine la dégringolade de la bourse a affecté aussi le cours de l'action qui a perdu entre lundi et vendredi -4,03%.

A noter : le calendrier de cette vente cloturée le 13 juin, soit quelques jours avant l'annonce des résultats semestriels de Kaufman & Broad qui aura lieu le 18 juin.

N'hésitez pas à commenter cette opération.

Partager cet article

Repost 0

97% des Internautes satisfaits de leurs achats sur le Net

Publié le par Frank Rosenthal

C'est le chiffre spectaculaire d'une récente étude de la Fevad http://www.fevad.com La Fédération du e-commerce et de la vente à distance.

Cette étude réalisée par Mediametrie/Net Ratings montre que le niveau de satisfaction progresse...et n'a jamais été aussi élevé.

Dans la dernière édition de l'étude, les Internautes étaient 96,9% à se déclarer satisfaits de leurs achats de Noël et 99,7% avaient l'intention de continuer à acheter en ligne.

Selon Médiamétrie, plus de 21 millions de Français ont acheté sur Internet au cours du 1er trimestre 2008.

La Fevad ajoute, dans son communiqué de presse : "Le maintien du niveau de satisfaction à un tel niveau est un signe très encourageant pour l'avenir du commerce en ligne. C'est aussi le résultat des efforts accomplis par l'immense majorité des e-commerçants pour élever la qualité de l'offre et répondre aux exigences d'une clientèle toujours plus nombreuses."

 

Publié dans Internet et e-commerce

Partager cet article

Repost 0

Les innovations attendues par le consommateur en magasins

Publié le par Frank Rosenthal

TNS Sofres a réalisé une intéressante étude sur ce qui intéresse le plus le consommateur pour les magasins de demain.

A noter que la simplicité est toujours un facteur clé de succès. Ainsi, les chariots intelligents recueillent l'adhésion de 65% des consommateurs. Les clients pourraient ainsi mieux repérer les produits en magasins, accèder à leur liste de courses , vérifier les prix ou télécharger des recettes.

Autres innovations à venir :

la cabine d'essayage virtuelle par un écran interactif, qui devrait se développer avec les puces RFID.
Le paiement biométrique par empreinte digitale.

La réception sur son portable d'informations produits ou promotionnelles devrait aussi se généraliser.
Intéressant quand on sait que un des points noirs de l'hypermarché est la difficulté de retrouver les produits, pourquoi pas la possibilité de télécharger le plan du magasin... Intéressant pour les clients fidèles et les nouveaux clients qui arrivent...quand on connaît la mobilité de la population (qui va aller en se développant), voici un axe de travail intéressant.

Publié dans Secteur distribution

Partager cet article

Repost 0

"Oui aux petits producteurs", une démarche de précurseur ?

Publié le par Frank Rosenthal

Alors que les offensives des MDD se multiplient en bio et en commerce équitable, le blog en a déjà parlé MDD (1) : développer l'offre sur le bio et Actualités MDD (3) : Leclerc se lance sur le commerce équitable , les marques ont plutôt discrétes sur le sujet.

Signalons l'initiative de Candia pour le lancement de sa marque "oui aux petits producteurs".

De quoi s'agit-il ?

C'est un lait solidaire issu d'exploitations familiales du massif central (avec la caution d'une grande marque).

Une démarche de précurseur car si l'indication de la consommation CO2 se généralise sur les produits...la proximité aura de beaux jours devant elle et le retour à la tradition (et à la qualité alimentaire) est déjà une tendance forte.


La campagne d'affichage met en scène la qualité du lait avec plusieurs promesses : qualité, origine, goût. Finalement, ce sont les promesses de bases revisitées...sans parler de prix...et en donnant envie.

Publié dans Marques

Partager cet article

Repost 0

Quand Toyota invente la prime famille

Publié le par Frank Rosenthal


Ici voici la Toyota Corolla Verso, la campagne presse ci-dessous a valorisé le prix avec une Prime Famille de 3 500 euros.



C'est quoi la Prime Famille ?

C'est l'association d'une remise de 2 350 euros (habituels pour les constructeurs) avec 1 150 euros d'équipements offerts (disponibles en option) comme les radars de stationnement arrière ou le système de connexion Ipod.

Intéressant, le principe de proposer des primes ciblées : une remise généraliste et de l'équipement correspondant à ses besoins. Un moyen de concilier réponse au pouvoir d'achat, image prix, promo...et marketing relationnel ?

A noter, cette offre en quantité limitée : 4 500 véhicules et à durée limitée : jusqu'au 31/7/2008, n'est pas relayée sur le site de Toyota.

Publié dans Value for Money

Partager cet article

Repost 0

Kaufman &Broad/Vente Privée: l'histoire est un éternel recommencement

Publié le par Frank Rosenthal

Riche actualité en ce moment sur le e-commerce, que ce soit pour les grands magasins, j'en ai parlé dans le blog Quand Le Bon Marché casse les codes du e-commerce ! ou encore Galeries Lafayette : la mode arrive en e-commerce , mais cette semaine l'événement vient de Vente Privée, comme souvent.

Le site qui se classe désormais en audience parmi les 10 premiers sites marchands de France créé de nouveau l'évènement.

Depuis lundi dernier et jusqu'à vendredi 13 minuit, soit 5 jours de vente, une durée exceptionnelle pour le site, sont vendus 260 maisons et logements sur Vente Privée.


Le processus d'achat est simple et doit être validé avant l'accès à la vente.
Il faut imprimer et remplir une lettre d'intention qui doit être envoyée par fax. Les 8 premiers sont retenus par ordre d'arrivée, c'est ce qui définit l'ordre de priorité et ce sont les commerciaux de Kaufman & Broad qui reprennent contact avec le client dans les 24 heures pour lui donner sa position dans la liste. Celui qui est en tête de liste obtient un rendez-vous pour signer la confirmation de la vente.

Les produits se situent sur une fourchette de 90 000 à 500 000 euros et couvrent toutes les grandes régions françaises. Voici un exemple dans la région parisienne, à Franconville dans le Val d'Oise.


Les remises sont spectaculaires en montant mais assez faibles en pourcentage de 5 à 8% contre les 2 à 3% de réduction généralement consentis ! Mais l'image prix de Vente Privée et la qualité du marketing de l'opération font la différence.

Dans Le Parisien du 10 juin, le président de Kaufman déclare : "En choisissant Internet, nous voulons toucher une nouvelle clientèle, plus jeune."

Le 9 juin, jour de démarrage de l'opération, le site Internet de Kaufman a connu un pic à 155 000 connexions et la marque avoue avoir reçu 150 lettres d'intention.

Quand j'ai regardé hier soir en fin de soirée sur l'ensemble de l'offre de la région parisienne, il restait toutefois beaucoup de produits "encore disponibles" et seulement quelques "épuisés".

Kaufman avoue aussi, dans Le Parisien, faire cette opération pour remobiliser la clientèle qui a de plus en plus de mal à accéder à la propriété. Les raisons sont nombreuses : crise du pouvoir d'achat, mais aussi hausse des taux et durcissement des prêts immobiliers : 30% d'endettement contre 33% auparavant, financement du bien à 90% au lieu de 100%...

Cette opération a néanmoins plusieurs mérites et j'en tire 4 enseignements majeurs :

1/  L'opération montre qu'aujourd'hui le e-commerce est tellement mature, qu'on peut tout vendre, (surtout quand on a la puissance de feu et de fichier de Vente Privée), y compris maisons et appartements, ce qui ne fait d'ailleurs que confirmer le succès du média Internet dans la communication des agences immobilières.

2/ Dans une économie déprimée et pour des Français qui n'ont plus le moral, il faut des événements prix (des vrais) pour leur redonner envie d'acheter.

3/ Plus que les prix, c'est l'image prix qui compte et Vente Privée montre de nouveau que sa force est la confiance que ses clients et visiteurs ont, alorspas d'image prix forte sans confiance forte.

4/ Le commerce bâtit sa réussite sur les nouveautés, au moment où Vente Privée fait cette vente Kaufman, je me souviens il y a quelques années d'avoir organisé et orchestré la communication de Géant Casino sur la vente d'un modèle de maison unique Phénix, dans le cadre d'une opération "Référendum Géant " qui a duré 3 ans et avait à l'époque bousculé le marché. Piscine avec Desjoyaux, le leader en France, Tour du Monde, stages de formule 1...une offre exceptionnelle qui presque 10 ans après n'existe plus. Au moment où les hypers subissent une nouvelle perte de clientèle, il faut se souvenir que créer l'événement est une vraie recette. 
La vente de maisons, relayée dans tous les médias avait été créatrice de trafic et avait étonné aussi bien en prospectus et en allée centrale et remplit les carnets de commande des Maisons Phénix...qui ont resigné pour l'année d'après.

Bref, l'histoire est un éternel recommencement, à condition de la (re)mettre au goût du jour !

Partager cet article

Repost 0

Quand Le Bon Marché casse les codes du e-commerce !

Publié le par Frank Rosenthal

Reprise ici de la Tribune que j'ai écrite et qui a été publiée dans Le Journal du Net. Sur ce site, vous pouvez d'ailleurs retrouver des éclairages de spécialistes et d'experts en plus de l'actualité, http://www.journaldunet.com/expert/recent/
Dans les liens du blog, vous pouvez accèder à mes différentes tribunes.

Trees LBM, http://www.treeslbm.com c'est l'adresse du site de e-commerce du Bon Marché, accessible sur le Web depuis le 21 mai  2008.

Mais quoi de neuf ?

Qu'est-ce qui change des codes habituels de l'Internet et du e-commerce ? Tout ou presque tout !

- Le nom
Original, difficile à retenir et éloigné de la marque qui n'est présente que par son sigle.
Treeslbm.com selon le site cela veut dire : trees pour ses branches innombrables, lbm pour le bon marché tout simplement et .com pour sa dimension internationale.



- Le contenu mixant magazine et boutique
Au delà du lien avec les sites du Groupe Bon Marché (le grand magasin, La Grande Epicerie) et de la partie e-shopping, on trouve un vrai magazine avec un sommaire et des articles sur Closky, Patti Smith ou encore des zooms sur des lieux tels que le bar à chocolat  Mauboussin.

- Le carnet d'adresses
En fait, des liens avec des sites de marques de prestige comme Bang &Olufsen, Knoll, Vitra ou Nespresso.

- Le graphisme
Les deux créateurs Olivier Kuntzel et Florence Deygas avaient réalisé le superbe générique du film de Spielberg avec Tom Hanks "Catch me if you can". On retrouve ici une ergonomie très cohérente (autour des arbres) et totalement nouvelle dans l'univers du e-commerce.

- L'accès à la boutique
La vitrine est accessible à tous, mais pour accéder à l'ensemble de la boutique (et de ses articles exclusifs) il faut se doter d'un sésame. On peut l'obtenir auprès des conseillers du grand magasin  (un moyen astucieux de créer du trafic et de créer de la synergie entre magasin et site) mais aussi auprès de quelques blogs de luxe sélectionnés. Un formulaire à remplir, vous obtenez le sésame et vous accédez à toute la boutique.

- La boutique et les produits
Le site propose en ce moment environ 500 références classées par univers, valorisant des sélections thématiques : bains de mers, mode impressions, bio chic et intérieurs inspirés. Des produits de grande marque, des produits Balthazar du Bon Marché, des produits branchés comme des robes Mina Perhonen ou les huiles de bain Jo Wood.



Un nom éloigné de la marque, un accès sélectif, des marques branchées mais de niche, un design superbe et qui ne laisse pas indifférent, des prix miniscules pour bien signifier le haut de gamme... ce qui est sûr c'est que Le Bon Marché a choisi d'être sélectif et en rupture avec les codes habituels du e-commerce.

Publié dans Internet et e-commerce

Partager cet article

Repost 0

La théâtralisation : média de l'événement

Publié le par Frank Rosenthal

Quelques heures après la finale de Roland Garros et la quatrième victoire de Nadal, revenons sur cet événement et la vente des produits dérivés sans oublier leur indispensable mise en scène.

Quand on parle d'événement, pour le prolonger et le communiquer en magasin, il n'existe pas de meilleurs moyens que la théâtralisation.

On a déjà parlé des exemples de l'Euro 2008 dans le blog : L'euro arrive à point (2) : un vrai but à La Fnac Défense ! et Business de l'Euro 2008 : ça commence !

Roland Garros et tous ses produits dérivés sont un exemple...pour le grand public, les passionnés de tennis et les touristes présents à Paris, voici la théâtralisation du stand "événement" au coeur du Lafayette Homme du magasin Haussmann.


Une des grandes recettes est de surprendre par les formats, le but de La Fnac Défense ou le maillot énorme de Go Sport sont des exemples, le tube de balles gigantesque en est un autre, ces cas illustrent bien la problématique centrale de la théâtralisation : donner de la visibilité et se démarquer.

Partager cet article

Repost 0