Légendes du commerce n°4 : Desigual...suite

Publié le par Frank Rosenthal

Logo def Legendes du Commerce


Avec la collaboration de 
Bannière Distripedie

3/ Moment de légende

Le moment de légende c'est en 2008 quand la marque espagnole ouvre à Marseille. Elle fait ce qu'elle a l'habitude de faire : une communication marquante en street marketing avec des budgets très réduits. Ici, l'idée est très simple, 500 vêtements ont été suspendus sur des cordes à linge dans la rue avec comme message "Servez-vous", de quoi alimenter la curiosité et le buzz, champs d'expertise de la marque.

  

 

 4/ Une vraie influence sur le commerce : l'exubérance et la diffusion internationale  de la culture espagnole et de sa bonne humeur.

Avec Desigual, on retrouve la bonne humeur de la culture espagnole et la cohérence des couleurs bariolées partout.

Sur les vêtements avec un look très coloré et un style inimitable, ce qui au passage, avec au final une centaine de magasins dans le monde, permet d'attirer l'attention.

 

Retail-distribution-desigual-2.jpg

 

Dans les magasins, où les messages optimistes sont omniprésents comme ici dans le magasin de Palma de Majorque qui reprend la base line de la marque "It's not the same". Sur un marché du textile très encombré, Desigual a joué à fond la différenciation.

 

SNC00532.jpg


Autre facteur clé de succès, qui pourrait se rapprocher de Ikea, Desigual se définit comme "une marque de design à prix compétitif"

 

Nul doute que ce sens de la bonne humeur va se diffuser dans le magasin parisien et dans les nombreuises ouvertures prévues en France.

Commercialement , la marque justifie son "it's not the same " en mettant en avant les pièces les plus créative set les plus chères en entrée de magasin, les promotions étant reléguées au fond du magasin. Encore un trait d'originalité pour Desigual.


Rendez-vous en septembre pour la suite de la série et le cinquième numéro de "Légendes du Commerce" 


Publié dans Légendes du Commerce

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article