Pourquoi la campagne de Monoprix déçoit ?

Publié le par Frank Rosenthal

Article suprenant pour ceux qui ont lu hier le blog et son article 5 raisons pour dire que la campagne Monoprix est formidable !

Mais la campagne a négligé un point crucial pour la distribution les prix et l'image-prix.

Certes il y a eu une prise de parole :

Mais cette prise de parole se résume à de bonnes intentions et finalement là où on attend des preuves, il n y en a pas.

C'est quoi les Miniprix ?

Le relooking des TG dont on sait qu'il s'agit de promotions...qui ne prouvent pas que Monoprix est réellement moins cher tant l'enseigne est décalée dans les indices.

Cette campagne confirme qu'il ne suffit pas de proclamer pour être convaincant et si on croit par ailleurs à toutes les preuves de la campagne : des ouvertures tardives au renouvellement des collections textile tous les 15 jours, en passant par les avant première beauté, on a du mal à croire que Monoprix va faire vraiment rétrécir les prix.

Dans mon livre Image-Prix Mode d'emploi dans les 14 clés de l'image-prix qui sont recensés figurent notamment la crédibilité et la compétence reconnue, 2 clés oubliés dans les bust recherchés et c'est l'ensemble du discours prix qui vacille !

Publié dans Value for Money

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

martial 04/02/2009 05:28

Je ne jugerai pas la campagne sur l'argument prix. Monoprix est une enseigne chère, mais de centre-ville donc, la qustion, c'est le degré d'acception du décalage par le consommateur en fonction des avantages qu'il en retire. En cela, la campagne les met bien en avant. Ceci étant pas de quoi s'extasier, en 1990, Monoprix et Prisunic orchestraient déjà ce type de campagne "multi-avantages". Donc, si la campagne est juste stratégiquement, elle n'est pas originale et ne fait que relayer les caractéristiques "physiques" de la marque. La deception vient plutôt de l'absence de saut créatif. Il y avait, me semble t-il, dans le travial de FCB, plus de fraicheur et d'enthousiasme.