Flambée des prix : ça continue, fruits et légumes : plus de cohérence

Publié le par Frank Rosenthal

L'Insee vient de publier ses principaux indicateurs pour avril 2008 et les prix des produits de grande consommation dans la grande distribution ont encore progressé (les premiers effets de la Loi Chatel devaient se faire ressentir !).
Une nouvelle hausse de +0,3% a lieu en hypermarchés et supermarchés. Le rythme d'inflation annuel, sur les 12 derniers mois, passe donc à +5,7% en hypermarchés et +4,9% en supermarchés !

Dans le même temps, parution le 13 mai, dans Le Parisien, d'une enquête sur la flambée des prix des fruits et des légumes. Un certain nombre de relevés de prix ont été faits en région parisienne en hypermarchés et sur les marchés sur la période de début mai en 2008 et les prix sont comparés à la même période de début mai en 2007.

Ce qu'il en ressort, c'est que les prix sont fous et échappent à toute logique de compréhension par le consommateur.

Voici quelques exemples que j'ai relevés dans l'enquete du Parisien.

1/ Une baisse significative. Celle des laitues, dont le prix diminue de 19% en hypers et de 17% sur les marchés. D'autres baisses ont été observés comme l'artichaut sur les marchés et la salade.

2/ Des hausses très spectaculaires.
La palme revient aux fraises. La gariguette progresse de +102% en hypers et de +67% sur les marchés.
Les fraises origine France progressent de +135% en hypers et de +160% sur les marchés !




La fraise, nouveau fruit de luxe ?


Les asperges progressent respectivement de +52% et de +67%.

3/ Une incohérence dans les évolutions de prix entre circuits hypers et marché.
La fraise espagnole progresse de +129% en hypers et diminue de -33% sur les marchés.
Les artichauts progressent de +24% en hypers et diminue de -19% sur les marchés, mais le prix à la pièce reste beaucoup moins élevé en hypers !

4/ Les marchés sont souvent moins chers que les hypers : c'est le cas par exemple sur les fraises espagnoles, les tomates normales ou encore la botte d'asperge.

Enfin, une autre conclusion, les produits français sont souvent plus chers que les produits venus de l'étranger. Un débat qui va prendre de l'ampleur avec la prise de conscience de l'lmpact des transports sur l'environnement !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article